Conclusion du Salon quel(s) toit(s) au fil des ans ?

Voici comme demandé la conclusion présentée par le Trésorier du CLIC l’Epi JM Nicolaï, qui permet de retenir quelques moments marquants du salon :

A télécharger au format pdf : Conclusion Salon JM Nicolaï

Et quelques photos des deux jours  :

Le jeudi : montage photo 230513

le vendredi : montage photo 240513

 

« Il faut peu de mots pour dire l’essentiel, il en faut beaucoup pour le rendre réel »

Paul Eluard

L’essentiel avait été annoncé par Caroline et Valérie  « un toit au fil des ans». Oui! Mais lequel?

Quelle chance que pour rendre cet essentiel réel, nos interlocuteurs furent nombreux et brillants. Brillants mais variés, variés mais riches.

Il appartint à Monsieur FAGES de planter le décor et le rideau put s’ouvrir. Je ne me doutais pas que j’allais assister à une véritable pièce de théâtre: de l’action, du rire, quelques larmes mais aussi de la chaleur et tout cela…… Avec la météo de ce jour !!!!!!!!!!!

 

Premier Acte : L’inadapté !

Mme Ascencio pose une question à ce jour sans réponse: au fil des ans, qui est inadapté? Le logement ou la personne?

Première réponse :

– On ne peut pas modifier la personne.

– Adaptons donc le logement à la personne !

– Oui ! Mais l’état de la personne se modifie.

 

Cette personne, qui devient même un combattant, surtout la nuit… Ah, le parcours du combattant après 20 heures pour la personne qui doit se lever.

Car la nuit, il n’y a pas que des rêves, mais aussi des pièges !

 

Des outils pour les pièges quotidiens grâce à l’ergothérapie

Tout d’un coup on rêve : pensez donc !

Un siège gonflable pour la baignoire…

ET on poursuit le rêve…

Une télécommande de télé simplifiée avec 4 touches seulement…

Combien d’entres vous ne rêvent-ils pas d’un tel outil ?

 

Pour l’entracte,Paul Eric nous envoie manger ; un repas froid (encore) du CATAR ; et nous rassure : il ne fera pas froid longtemps, car le 6 juin c’est l’automne.

Courage pour la suite !

Car on va retrouver un peu de chaleur…

 

Des travaux à poursuivre

Pour les travaux, il y avait du monde (Capeb, service habitat de la Communauté d’agglomération, éco artisans …) ; du monde pour faire les travaux d’aménagement du domicile, enfin je veux dire pour prévoir les travaux et prévoir comment économiser de l’énergie grâce aux éco artisans qui, pour économiser, s’intéressent à nos revenus.

 

La dramatique : VOILA LES GENDARMES !

Je connaissais les ménagères de plus de 50 ans et voici « les visiteurs de 11 heures ».

Protégez vos ressources : Gare aux arnaques! Tout est faux !!

Fausses tenues pour les démarcheurs, fausses cartes professionnelles ; faux électriciens, faux plombiers, faux policiers…

Fausses ventes, faux services, faux sites internet !!!

 

TOUT EST FAUX… Non… Non… De VRAIS VOLEURS et de VRAIS GENDARMES !

Alors tout va bien ! Hélas, non, il y a aussi des arnaques légales…

Il est important que les gendarmes reviennent car, malgré tout, je suis presque sûr de me faire avoir !

 

La comédie de la vie et le Comité local de la santé mentale

Le docteur Lise Pécout nous énonce l’essence de ce comité.  Elle nous révèle les sens mis en action pour habiter en pleine santé mentale : pouvoir aimer, travailler, penser et chanter dans la chorale des SANS.

Ainsi, il y eu de l’essence, des sens, des sans mais (aussi) beaucoup d’AVEC !

Et avec beaucoup de rire, notamment avec l’homme le plus heureux de la terre, qui habite dans une cabane avec les bois comme toit.

 

Un matin d’anti-solitude

Avec les service  à domicile, nous apprîmes que l’on pouvait être aidé pour tout ; faire le jardin, aller chercher les petits enfants à l’école, etc. Oui mais… « Et pour ne pas être seul(e) ? »

«  On fait des cathédrales où tous ceux qui sont seuls s’accrochent à une étoile ».

 

Partage ton toit !

Madame Mauron, 100 ans, partage son toit avec/chez une jeunette, Clémente, 64 ans.

Gaëlle partage une maison chez une dame comme Marie Thérèse, qui accueille une autre étudiante : « pour ne pas vivre seule ».

 

Nombreux sous un toit

ENFIN que de témoignages de vie en maison de retraite, en foyer logement, en famille d’accueil : c’est triste ? Que nenni ! On chante, on danse… Et Denise supporte même le PSG !

 

En résumé, nos journées c’était « et toi, ton toit c’est quoi ? »

 

Pour les 60 jeunes présents, le résumé, c’était « ho, ho, c’est où que t’habites ? »

Car l’essentiel c’est d’habiter, comme dit le docteur Pécout :

« HABITER c’est mettre de soi dans un lieu, ce qui est bien différent de se loger. »

 

Je pense que ces journées ont répondu à vos questions.

Comme disait René Char :

« un oiseau n’a pas le cœur à chanter dans un buisson de questions ».

Alors bonne route dans votre habitat et continuez de chanter sous votre toit où qu’il soit.

Je vous remercie !

Jean-Marie Nicolaï, Trésorier du CLIC l’Epi, le 24 mai 2013, 16H35

Comments are closed.